En 2013, nous avons mené le projet Dard’art qui visait à développer des pratiques d’art communautaire dans le quartier de la Bonne Femme à Grivegnée pour explorer et traduire sous différentes formes ce qui relie mais aussi sépare, isole les habitants, les groupes et les communautés du quartier.
Lors de l’inauguration des locaux rénovés de Peuple & Culture, nous avons présenté l’exposition Portes à portraits à nos visiteurs, dont
Bernadette Kinet, coordinatrice du secteur animation du CPAS de Visé.
En 2014, c’est en partenariat avec le CPAS de Visé que nous remettons ce projet sur pied en repensant la démarche et les objectifs à la demande des nouveaux participants.

Concrètement, cette nouvelle démarche comporte deux volets :

Le volet « photos » : les participants intéressés par le projet (du lavoir social, de la ludothèque, des ateliers coutures, du troc itinérant, ...) parcourent et photographient de leur propre initiative différents lieux qu’ils fréquentent et qu’ils veulent faire découvrir. Une animatrice de Peuple et Culture les accompagnent tout au long du projet afin de les aider à prendre de bons clichés (comment cadrer,…). Les lieux choisis collectivement sont ceux qu’ils fréquentent quotidiennement, ils font partie intégrante de leur vie mais ce sont également des lieux de rencontres.

Le volet « bancs publics » : Accompagnés des travailleuses du CPAS, d’une animatrice de Peuple et Culture et d’un bénévole, les par-
ticipants se sont organisés pour récolter une série d’objets et de matériaux pour construire des bancs publics. Plusieurs locaux sont mis
à leur disposition durant quelques mois, ils pourront ainsi se retrouver chaque semaine et créer collectivement.

Les animatrices de Peuple et Culture ont organisé et coordonné plusieurs réunions avec les participants et le CPAS afin de les accompagner dans le processus de décision quant au choix des lieux à photographier, le choix des photographies à sélectionner, les différents matériaux nécessaires à la construction des bancs,… Le planning ainsi qu’une liste des tâches « terminées » ou « encore à faire » ont également fait l’objet de ces réunions.

Par ce projet, les participants souhaitent mettre en évidence les différents services et activités auxquels ils ont accès dans leur région ,et faire un état des lieux de leur éventuelle insuffisance.
Des revendications sous jacentes peuvent ainsi apparaître dans le choix et le cadrage de leurs photos.
De même la construction de bancs peut être interprétée comme une volonté de multiplier les espaces publics de rencontres sur la commune, notamment entre ouvriers, employés, commerçants étudiants,pensionnés, chômeurs et personnes au CPAS,
Un de leurs enjeux principal étant de déconstruire les stéréotypes qui pèsent sur les bénéficiaires des services du CPAS. Le projet se poursuivra en 2015

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter