cm3 300x300

La crise sanitaire que nous vivons a bouleversé nos repères individuels et collectifs. Nous nous pensions libres ensemble ; nous avons fait l’expérience de l’isolement, des contrôles de nos comportements, de la surveillance de nos mouvements. Nous pensions l’Etat protecteur ; nous avons découvert avec consternation la vulnérabilité de notre système de soin de santé et, dans les hôpitaux et les maisons de repos, le manque de personnel soignant, la pénurie de matériel et de médicaments. On nous a dit qu’il fallait réduire les emplois dans les services publics parce qu’ils coûtaient trop chers ; nous avons mesuré combien ceux qui ont ramassé nos poubelles, entretenu nos rues, distribué nos courriers, assuré nos déplacements, accueilli nos enfants… sont indispensables à garantir notre qualité de vie.

L’expérience que nous venons de vivre appelle des changements profonds et durables de notre société. Pour les associations d’Education populaire Présence et Action Culturelles et Peuple et Culture en Wallonie et à Bruxelles, un constat s’impose : l’importance du déconfinement des idées. 

En effet, personne ne peut plus être dupe des discours médiatiques aseptisés. Avec le déconfinement, nous ne devons pas perdre de vue la gestion de la crise sanitaire qui, comme les crises financières, économiques et sociales qui l’ont précédée, est le reflet d’un projet politique néo-libéral au service du capitalisme financier mondialisé. Dans ce projet, le bien-être de l’humanité et l’avenir de la planète sont des variables d’ajustement budgétaire qui permettent de réduire les dépenses de l’État en fragilisant et en réduisant, d’année en année, la protection sociale et l’accès à des services publics de qualité, pour tou.tes et tous.
Curieux paradoxe quand on sait que des études scientifiques publiées par la Commission européennes, la Banque Mondiale, l’OCDE et le FMI ont démontré le rôle des services publics dans la résilience aux crises économiques et financières.

Voici venu le temps de nous mêler de nos affaires, en donnant du masque, faute de pouvoir – pour le moment du moins – nous rassembler en nombre dans l’espace public.

Contre le vol de nos vies, affichons le déconfinement de nos idées, PAS DE RETOUR A L’ANORMAL.

 

masques 226x300

Alors on fait quoi ?

Nous vous proposons d’apposer une étiquette thermocollante sur votre masque. De petite taille, mais néanmoins visibles en respectant les 1m50 de sécurité sanitaire, ces étiquettes comportent un slogan affichant notre prise de position par rapport à la situation actuelle. Cinq versions ont été imaginées :

  • Pas de retour à l’anormal
  • Masqué.e mais pas muselé.e
  • Touchez pas à notre sécu
  • Ne gâchez pas nos services publics
  • Justice sociale et climatique

On fait comment ?

L’étiquette thermocollante s’appose directement sur votre masque. Il suffit de passer un coup de fer à repasser (chaud) et huit secondes plus tard, la colle de l’étiquette sera fondue au masque, sans laisser de trace. Ces étiquettes sont conçues pour résister au lavage ainsi qu’au séchage de votre masque. Elles n’en altèrent en rien leur capacité protectrice.

Ça coûte combien ?

C’est gratuit !
Un envoi comprend 10 étiquettes, soit 2 exemplaires de chaque slogan.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

mask site 500

 

Partager cet article

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter