01 UNIVERSITE POPULAIRE Affiche

« À force de sacrifier l’essentiel pour l’urgence,
On finit par oublier l’urgence de l’essentiel. »

Edgar Morin

 

Le 21ème siècle, nous confronte tous et toutes, quel que soit notre âge, à des bouleversements du monde que nous pensions

jusque-là impossibles : pandémie du covid-19, catastrophes naturelles liées au réchauffement climatique, guerre en Ukraine…

Nous traversons une période de crises multiples dont les enjeux sont immenses à l’heure où les démocraties sont plus fragilisées que jamais.

Des régimes politiques hybrides et des partis de droites radicales marquent les opinions publiques et les gouvernements de leurs empreintes, à différents endroits du monde.

Ils défendent la préférence nationale contre l’immigration, le retour d’une morale néo-réactionnaire contre l’évolution des mœurs, une vision du monde sécuritaire et autoritaire,pour ne citer que celles-là. Ce ne sont pas des solutions !

 Lorsque l’Histoire s’écrit au présent, que la mémoire du passé fait défaut, nous rencontrons des difficultés à comprendre ce qui se joue sous nos yeux.

C’est à ces difficultés que l’Université populaire veut répondre en proposant de renouer avec la chose publique afin d’ouvrir et de nourrir de nouvelles perspectives d’avenirs désirables.

Comment ? :

  • En proposant des cycles thématiques pour rendre de la connaissance sur les enjeux actuels et nous permettre d’affronter ensemble les défis à venir.
  • En réapprenant à penser et agir collectivement dans la complexité et l’épaisseur du réel par le développement de nos capacités d’analyse critique et l’exercice de nos responsabilités citoyennes.

 

 

Cycle 1 de janvier à mars 2022 : "A la recherche du "peuple" (perdu)?"

Cycle 2 d'avril à juin 2022 : "Identités multiples : quels communs?"

 

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Les 24, 25 et 26 août 2022 @ Peuple et Culture, rue du Beau Mur, 45 à 4030 Grivegnée

Entre diversité et égalité, la commune humanité est aujourd'hui bien malmenée.

Cet atelier propose de creuser méninges, valeurs et utopies pour construire des récits porteurs de germes de résistance aux discriminations et haines des autres, ce qui passe nécessairement par poser une loupe sur nos propres  multiplicités.

Les propositions seront stimulées par des vidéos, textes, analyses.

Cet atelier est mené selon les méthodes de l'éducation populaire et l'écriture s'y inscrit comme levier de citoyenneté.

Pour tous à partir de 14 ans - Gratuit.

Pas de prérequis hormis l'usage élémentaire de la langue française.

Infos et inscriptions :

Marie-Eve Maréchal : 0474/812263

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Force est de constater que le qualificatif de peuple, et ses variants, sont aujourd'hui par trop souvent disqualifiés ou instrumentalisés. Cette négation profite d'abord à celleux qui veulent réduire la démocratie et l'expression démocratique à peau de chagrin. En effet, rappelons, en assumant l'évident qui s'y cache, qu'il n'y a pas de démocratie et de principe démocratie sans peuple - on précisera même sans un peuple d'égaux. A l'inverse, trop nombreux le brandissent tel un drapeau, un étendard sous lequel tou.te.s doivent se rallier de manière a-critique et indifférenciée au risque de s'en retrouver exclu.e.s. Paradoxalement pourtant, nous portons également dans notre héritage l'histoire de la foule des anonymes qui, au nom du peuple; se sont battus et ont conquis nombre de droits dont nous jouissons. Tout comme d'autres foules anonymes ont commis les pires crimes en son nom.

Alors, Peuple-solution ? Peuple-problème ?

Finalement, qu'est-ce que "le peuple" ? Doit-on se tourner vers hier et vers les figures qui ont voulu l'incarner ? Ou, à l'inverse, vers demain comme nécessaire perspective d'émancipation - et cela dans un moment où l'égoïsme individualiste et les différentes formes de clanisme semblent le rendre de moins en moins visibles, voire même presque disparu ? 

Voilà peut-être la question importante d'aujourd'hui : comme faire "peuple" ?

 

Programme

Projection du documentaire "Détruire rajeunit" de Benjamin Hennot.

Detruire rajeunit Poster EventL'IHOES, PEC et les Grignoux proposent une projection unique le 17 janvier 2021 à 20h au Cinéma Le Parc (rue Paul-Joseph Carpay 22, 4020 Liège).

Avec "La Bataille de l'eau noire", "Stan & Ulysse, l'esprit inventif" et maintenant "Détruire rajeunit", Benjamin Hennot est de ces réalisateurs qui s'intéressent à l'expérience subjective de la lutte et qui célèbrent l'intelligence des mouvements populaires.

Le film sera suivi d'un débat en présence du réalisateur et de Francine Bolle, historienne.

 

Atelier d'arpentage : Karl Marx, Le Capital par Julien Borchardt - Edition populaire

Les 22, 23 et 24 février 2022 de 14h00 à 17h00 @ Peuple et Culture 45 rue du Beau Mur, 4030 Liège (Grivegnée)

A l’heure des ravages d’un capitalisme débridé, d’une exploitation par le travail toujours plus sournoise, de l'épuisement des ressources naturelles, de la finitude de la planète, de la financiarisation outrancière de l’économie, les crises qui sont toujours déjà là,  il nous semble utile, pour interroger cette actualité, de nous replonger dans les fondamentaux de la théorie.

Lire la suite

Inscription obligatoire auprès de :

Marie-Eve Maréchal : 0474/81.22.64 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Atelier d'écriture - La vie, ni charge, ni produit.

Les 1, 2 et 3 mars 2022, de 14 à 17 heures @ Peuple et Culture 45 rue du Beau Mur, 4030 Liège (Grivegnée)

Aujourd'hui, bien des vies humaines faiblissent, encombrent et s'éteignent. Les médias en relaient les chiffres, les statistiques.

Cet atelier propose d'arracher le prisme pervers du capitalisme qui construit des murs entre les êtres, d'identifier et de dénoncer l'inacceptable déshumanisation croissante des rapports humains engloutis dans le tumulte des crises contemporaines.

Et de trouver les mots pour exprimer haut et fort qu'aucune vie n'est charge, qu'aucune vie n'est produit.

Lire la suite

Marie-Eve Maréchal 0474/812263  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

             Les Gens de Peu

             Un seul en scène de Thierry Müller mis en scène par Sara Puma.

Les Vendredi 25 mars à 19h30 et Samedi 26 mars à 14h00 @ Centre Liégeois du Beau-Mur, 48 rue du Beau-Mur 4030 Grivegnée

 
00 AFFICHE GENS DE PEU aplati" Ce soir, je hurle à la mort contre ceux qui nous gouvernent et qui nous exploitent.
Ce soir, je brûle mes papiers et les papiers du monde entier.
Ce soir, je hurle ton nom, liberté.
Ce soir, battu, la gorge serrée et les mains tremblantes, je chante l'amour des peuples vaincus.
Ils ont arraché quelque chose en moi de vital: ils m'ont arraché Celma."
 

Parcours d’insoumissions, rythmé de doutes, de velléités, d’acharnements, d’enthousiasmes à transformer le monde, « LES GENS DE PEU » est un spectacle plein de vitalité et d’audace inspiré par la vie même de celui qui le joue.  Il interroge la désobéissance comme mode de lutte, voire d’existence au quotidien, et son corollaire nécessaire : la solidarité, la vraie, pas la condescendante mais celle où s’ancrent la réciprocité, le désir et l’amitié. 

Des échanges de sourires aux de moqueries bienveillantes en passant par les coups de mains clandestins ou illégaux, « LES GENS DE PEU » nous balancent des claques d’amour, celles qui remettent debout quand on se sent devenir paralytiques.

L’histoire s’ouvre sur le rappel d’un double meurtre commis par une sixaine de nazillon à l’uniforme noir et au brassard rouge, le soir de Noël 44, au creux d’un village ardennais silencieux. Exécution sommaire de deux frères, l’un résistant, l’autre juste curieux et inquiet de l’arrestation de son frère.Ce premier récit sanglant nous est raconté comme pour camper que l’histoire qui va suivre trouve ses racines dans toute rébellion à l’ordre inique. Ces solidarités fraternelles qui peuvent coûter cher face au monstre du pouvoir...

𝗔𝘂𝘁𝗲𝘂𝗿 𝗲𝘁 𝗷𝗲𝘂: Thierry Müller
𝗗𝗿𝗮𝗺𝗮𝘁𝘂𝗿𝗴𝗶𝗲: Thierry Müller et Sara Puma
𝗠𝗶𝘀𝗲 𝗲𝗻 𝘀𝗰𝗲̀𝗻𝗲: Sara Puma
𝗦𝗼𝗻 𝗲𝘁 𝗹𝘂𝗺𝗶𝗲̀𝗿𝗲: Marino Pol
𝗖𝗼𝘀𝘁𝘂𝗺𝗲𝘀: Nicole Coulon

▪𝗥𝗲́𝘀𝗲𝗿𝘃𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻𝘀 𝗼𝗯𝗹𝗶𝗴𝗮𝘁𝗼𝗶𝗿𝗲𝘀
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou 04 349 01 44


▪𝗧𝗮𝗿𝗶𝗳𝘀 𝗱𝗲𝘀 𝘀𝗽𝗲𝗰𝘁𝗮𝗰𝗹𝗲𝘀
10 € entrée standard
5 € entrée prix réduit

 

Une initiative du Centre liégeois du Beau-Mur en partenariat avec Peuple & Culture et le CNCD avec le soutien de la Province de Liège et des Tournées Arts et Vie de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

 
 
Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Par notre condition humaine, nous sommes traversé.es par de multiples identités que nous constituons au gré de nos expériences, de nos rencontres, de nos adhésions.

Aujourd'hui, de nouvelles formes d'identités font leur apparition au sein de la société : identité de genre, voir de non-genre.

Nous assistons également à une multiplication de revendications d'identité par adhésion à de nouveaux courants, à de nouvelles pratiques : végan, gamer, antispécistes, cultural studies, woke,…

Certes, cela démontre le dynamisme de l'exercice des droits culturels individuels.

En écho, cela interroge nécessairement les espaces ouverts sur l'interaction, la confrontation, la délibération. Où sont ces espaces ? Où est le temps pour l'exigence démocratique ? Où sont les lieux de convergence ? Où «les autres » sont-ils considéré.es comme les vecteurs de nos propres transformations identitaires, sociales, politiques...?

Place aux communs, sous peine de sclérose.

Programme

            Ecrire et agir - Nous, iels, et puis ... les autres : identité, quand tu nous divises

visu marie ève IdentitéLes 24, 25 et 26 août 2022 @ Peuple et Culture, rue du Beau Mur, 45 à 4030 Grivegnée

Entre diversité et égalité, la commune humanité est aujourd'hui bien malmenée.

Cet atelier propose de creuser méninges, valeurs et utopies pour construire des récits porteurs de germes de résistance aux discriminations et haines des autres, ce qui passe nécessairement par poser une loupe sur nos propres  multiplicités.

Les propositions seront stimulées par des vidéos, textes, analyses.

Cet atelier est mené selon les méthodes de l'éducation populaire et l'écriture s'y inscrit comme levier de citoyenneté.

Pour tous à partir de 14 ans - Gratuit.

Pas de prérequis hormis l'usage élémentaire de la langue française.

Infos et inscriptions :

Marie-Eve Maréchal : 0474/812263

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Arpentage de “Le Conflit n’est pas une agression” de Sarah Schulman

Le Conflit n est pas une agression

Samedi 21 mai de 10h à 15h  @ CPCR, Jonruelle 11, 4000 Liège

L’arpentage est une méthode qui permet de lire un livre collectivement en peu de temps, de débattre des idées de l’auteur.e, de se les approprier et de les questionner au regard de nos expériences. 

La réflexion portée par Sarah Schulman a été taxée d'impertinente, polémique, indisciplinée, désarçonnante, radicale, acérée et ambitieuse. 

L’auteure tente de réhabiliter la culture et la pratique du conflit. Trop souvent, dans nos sociétés contemporaines, moralisatrices et punitives, le conflit est confondu avec l'agression. 

Elle démontre au travers d’exemples concrets à la fois pris dans des relations interpersonnelles mais aussi à partir de la strigmatisation des personnes affectées par le VIH en passant par le conflit israélo-palestinien que la confusion entre conflit et agression entraine une identité fermée et incapacitante des statuts de victime et d’agresseur et empêche une prise de responsabilité collective dans un agir politique commun et émanipateur. 

 

Inscription souhaitée

par mail :  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
par sms : 0486 / 833 . 835

 

Nos identités : déterminismes sociaux et/ou émancipations individuelles et collectives ?

Atelier à partir de la méthode “Petite Histoire - Grande Histoire”.

identitéSamedi 4 juin de 10h à 16h @ Liège Centre (l'adresse sera donnée lors de l'inscription)

A partir d’un travail autobiographique individuel et collectif, nous nous interrogerons sur ce qui nous constitue : prescrites et revendiquées, où se nichent nos identités ? Comment se (dé)composent-elles ? Comment se saisir d’un processus jamais achevé, en permanence bricolé ? C'est à partir de nos propres expériences de vie que nous tenterons d’appréhender ces questions et de porter un regard critique sur les notions d’identité, d’appartenance, d'altérité et de diversité 


Programme : 

  • présentation du dispositif Petite-Histoire/Grande-Histoire (15min)
  • Travail autobiographique personnel (1h)
  • mise en commun (1h30)
  • réflexion collective à partir de matériau (2h)

 

Inscription obligatoire

par mail :  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
par sms : 0486 / 833 . 835

 

 

 

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn